La cohabitation entre chien et chat

Même si votre animal déjà présent à la maison est sociable avec les autres animaux, il sera important de respecter une adaptation graduelle entre eux.  De plus, avant d’apporter le nouvel animal à la maison, renseignez-vous toujours auprès des anciens propriétaires ou du refuge à savoir si le chien ou le chat peut cohabiter avec une espèce différente, afin de ne pas avoir de mauvaises surprises ! Voici quelques petits trucs pour vous aider à faire une bonne première impression et qui sait, possiblement le début d’une longue amitié ! 

Si vous venez d’adopter un chat et que vous avez déjà un chien à la maison : lors de l’arrivée à la maison, il est préférable de laisser le chat dans une pièce (porte fermée et avec tout ce dont il aura besoin) et de ne pas faire de contact avec le chien avant 24 à 48h. Par la suite, si le chat semble à l’aise (mange bien, boit bien, utilise sa litière) vous pourrez faire de courts contacts visuels sous supervision. Il est préférable de ne pas laisser le chien entrer dans la pièce du chat et de laisser le chat sortir par lui-même en éloignant le chien de son champ de vision. Par la suite, apporter doucement le chien en laisse afin d’éviter les poursuites.

Si vous venez d’adopter un nouveau chien et que vous avez déjà un chat à la maison : lors de l’arrivée, laissez le chat en liberté sur son territoire et tenez le chien en laisse pour éviter qu’il poursuive le chat.

  • Par la suite, prendre le chat et le placer dans une position haute (chaises, table, arbre à chat, etc.) Il est important de ne pas forcer le contact ni tenir le chat dans les bras, car il risque de se sentir pris et de paniquer davantage.
  • Assurez-vous que le chien ait dépensé son énergie avant le contact afin qu’il soit plus calme. Il ne faut pas réprimander, simplement inciter le chien à se relaxer en lui demandant de s’asseoir ou de se coucher avec des gâteries. Il apprendra ainsi à bien se comporter en présence du chat.
  • Laissez également le chat mettre ses limites, il se peut qu’il crache, fasse un dos rond et qu’il veule donner des coups de pattes si le chien s’approche trop. Il est normal que le chat soit plus « marabou », ait besoin de sa « bulle » au départ et que se faire caresser ne soit pas sa priorité. Il est préférable que ce soit le chat qui soit le patron avec le chien!
  • Offrez des gâteries très « payantes » au chat (nourriture en conserve par exemple) afin qu’il associe son nouveau compagnon à quelque chose de très positif. Si le chat refuse de manger, c’est que le chien est trop près, donc il est important de trouver la zone de confort de votre chat (distance où il accepte de manger même à la vue du chien)
  • Assurez-vous de terminer le contact sur une note positive et répétez dans les jours suivants afin qu’ils s’adaptent graduellement l’un à l’autre.
  • Par la suite, offrez tout de même des endroits à votre chat pour dormir en hauteur (arbre à chat, tablettes) ainsi que des cachettes (boites, bac en plastique troués, etc.) Il devra également avoir une place pour manger et aller à la litière où le chien ne pourra pas le déranger. Installer des barrières pour enfants ou une chattière dans une porte peut grandement faciliter la cohabitation entre chien et chat.
  • Utilisez également au besoin une cage ou une pièce pour le chien, surtout pour la nuit et vos absences de la maison, afin d’éviter des altercations lorsqu’ils ne seront pas sous supervision.
  • L’utilisation du Feliway ou du Adaptil vendus chez votre vétérinaire (phéromones apaisantes pour chat et pour chien) peut grandement aider à relaxer vos animaux dans la maison.
  • Par prévention, gardez les griffes du chien et du chat assez courtes pour ne pas qu’ils se blessent si jamais il y a de petits coups de patte !
  • Si votre chien présente des comportements agressifs ou de prédation (chasse) envers votre nouveau chat, évitez de les mettre en contact, sécurisez votre environnement et consultez rapidement votre vétérinaire et/ou un intervenant en comportement animal qui se déplace à domicile. Il en est de même pour le chat qui ne s’adapte pas (terrorisé, très agressif, cesse de s’alimenter ou d’utiliser sa litière) malgré les recommandations ci-dessus.

 

Haut de page